C’est la course à Santiago !

Écrit par Tom –

Nous avons résidé dans la capitale chilienne par intermittence. Elle nous a servie de point de départ pour rayonner dans la région. A l’île de Pâques tout d’abord puis à Mendoza et Valparaiso. Nous y serons restés au total 6 jours et ce séjour n’aura pas été de tout repos !

Au début, la ville ne semble pas très jolie, très bétonnée et hyper polluée. Puis, au fil des jours, nous avons découvert des quartiers très sympas et nous l’avons trouvée très agréable à vivre.

Quelques quartiers comme Bellavista, jeune et avec des faux airs du Palermo de Buenos Aires, Lastarria avec ses nombreux restaurants (parfois un peu trop chics et chers pour des backpackers) et le mini quartier « Paris Londres » situé dans le centre historique (entre les 2 rues des mêmes noms) avec ses demeures anciennes et ses rues pavées.

Le week-end, la ville semble inhabitée car le centre est désert. Le lundi avec la reprise du boulot, la ville s’anime et redevient très bruyante. On y croise de nombreux musiciens, des cadres en pause, des jeunes qui font la fête ou qui vont à la fac, des prédicateurs… bref, une ville super vivante !

En plein centre ville se dressent 2 cerros (collines). Le Cerro San Cristobal est le plus haut des 2 et beaucoup d’habitants le gravisse en vélo le week-end. Les moins sportifs (comme nous) préfèrent prendre le funiculaire. Le premier arrêt mène au zoo, le second au sommet. Là, on peut voir une statue de la Vierge et une église en pleine air. Par temps dégagé, on peut également apprécier un très beau panorama de la ville (ce qui n’arrive pas souvent car la pollution la recouvre d’un épais nuage la majorité de l’année). En haut, nous avons dégusté la spécialité locale : le « mote con huesillo » : une sorte de thé avec du blé et des abricots en sirop. C’est bon mais extrêmement sucré (trop pour moi en tout cas!), comme d’ailleurs toutes les boissons en Amérique Latine.

L’autre montagne, et autre lieu de ballade prisé des habitants, est le cerro Santa Lucia. On y trouve un parc et une petite forteresse à son sommet. Le cadre est paisible et on peut accéder au niveau le plus élevé par un ascenseur ou monter le chemin qui traverse le parc.

Santiago est très bien située car elle n’est qu’à 2 heures de la mer et à une heure des pistes de ski. Comme à Mendoza, la région de Santiago est connue pour ses domaines viticoles. Mais de retour d’Argentine, nous avons décidé de ne pas trop abuser des bonnes choses.

Je vous disais au début que notre séjour n’avait pas été de tout repos. A notre retour de la croisière, Sophie s’aperçoit que sa carte à été piratée et que des achats frauduleux ont été réalisés. Au total plus de 600 euros : le compte est dans le rouge. On fait opposition immédiatement mais nous ne pouvons pas commencer les autres démarches car nous partons le lendemain pour l’île de pâques. A notre retour, nous allons à l’ambassade de France au Chili pour porter plainte (comme nous l’a indiqué notre banque). Nous sommes reçus par la vice consul, très sympa, qui nous indique que l’ambassade n’a pas le pouvoir de faire ce genre de déclaration. Elle met à notre disposition son bureau pour que nous puissions appeler la banque. Finalement, nous nous rendons chez les carabineros (policiers) et bien sûr, personne ne parle anglais. Après une demi-heure de galère (un policier teste son traducteur sur tablette) l’une des rares habitantes bilingue nous aide et Sophie termine sa déposition. On attend le document mais surprise : toutes les plaintes sont imprimées au ministère à quelques kilomètres de là ! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?!

On nous donne un récépissé pour récupérer notre papier dès le lendemain. Mais là, encore un os ! : cette fois-ci on avait prévu de partir  pour Mendoza le lendemain ! De retour à Santiago, la nouvelle carte de Sophie est arrivée. Nous allons au ministère récupérer le dépôt de plainte mais ils ne retrouvent plus notre dossier. Bref, on quitte le Chili sans ce précieux sésame et on est bons pour refaire toutes les démarches en Nouvelle Zélande !

Notre restaurant préféré :

Café Cocteau / Panaderia Bernard – calle Miraflores : excellent menu (entrée, plat, dessert, café et boisson) à 5000 pesos (soit 8 euros).

Notre hôtel préféré :

Appartements Urbano – calles Huerfanos et Merced

Studio à louer pour une nuit ou quelques jours. Super bien placé, dans une résidence moderne (38€ /nuit)

Notre album photo :

TDM Chili Santiago

One Comment

  1. Hello Thomas,

    En suivant vos aventures je réalise que nous allons devoir passer par les mêmes galères / démarches.
    Comment avez-vous fait exactement pour recevoir la nouvelle carte ? DHL ? Poste restante ?

    Merci pour votre expérience dont on se serait bien passé nous aussi ;-°

    ++

    Kader

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.