Un petit bout de France (à Kep-sur-mer)

Écrit par Sophie –

Après un court séjour à Sihanoukville pour nous remettre de notre passage très désagréable à la frontière, nous voici installés à Kep pour 2 semaines. C’est ici que notre volontariat aura lieu, dans une école française, où nous prendrons le rôle d’animateurs. Une expérience merveilleuse ! (en lire plus)

Nous trouvons tout d’abord un bon pied-à-terre, chez Tristan et Amandine (Rega Guesthouse), un jeune couple très cool venus s’installer au Cambodge depuis quelques mois. L’ambiance est bonne et on retrouve la convivialité française. N’oublions pas qu’à Kep, il y a plus de 80 expatriés français. C’est la ville la plus francophone du pays.

Kep est une petite ville qui compte 36,000 habitants. Malgré sa taille, elle regorge de sites intéressants à visiter (marais salants, parc national, île aux lapins, grottes, plantations de poivre…) Pendant la période des Khmers rouges, beaucoup de villas coloniales françaises ont été détruites. Beaucoup sont maintenant abandonnées, mais une partie de la splendeur ancienne de la ville est toujours apparente.

Tout d’abord, on peut apprécier une certaine tranquillité de vie. Proche de la mer mais aussi au pied des montagnes et d’un fameux parc national, elle est baptisée ici la « riviera » cambodgienne. Nous sommes seulement à une vingtaine de kilomètres du Vietnam.

Notre première semaine, nous montons au temple Samathi, un centre de méditation vipasana intriguant. Perché sur une montagne, à plus de 200 marches de haut (dur dur sous 30°C), cette pagode n’est pas habité par les bonzes. On a l’impression qu’elle est même abandonnée. La vue sur l’île aux lapins du temple est cependant magnifique.

Kep est reconnue pour sa pêche aux crabes. Un marché y est d’ailleurs totalement dédié. Les spécialités de crabe sont au menu de chaque restaurant. Le amok de Kep (au crabe bien évidemment) est vraiment délicieux.

Comme c’est une ville côtière, beaucoup d’habitants sont pêcheurs. Les villages de pêcheurs sont très authentiques. Chaque maison est construite sur pilotis et est habitée par une population d’origine vietnamienne. Un quartier de Kep est même surnommé le quartier des décortiqueurs de crabes.

Notre deuxième semaine est très mouillée. On a de la pluie tous les jours, normal on est quand même en pleine saison des pluies. Les visites des environs sont donc annulées jour après jour. Nous sortons quand même un jour avec Alex, un français installé à Phnom Penh depuis peu, et Pana qui travaille les après-midi à notre guesthouse. Pana est aussi chauffeur de Tuk Tuk, c’est donc avec ce petit véhicule que nous partons explorer les environs de Kep. Nous commençons par la visite d’une plantation de poivre et d’un verger, puis nous terminons les pieds dans l’eau des rizières au milieu de ce vert saturé et d’une pagode colorée.

Nos bonnes adresses :

Rega Guesthouse – auberge bien entretenue avec un jardin tropical magnifique. Chambre propre avec eau chaude et ventilo, très bon accueil – pour $12/nuit.

Kimli – restaurant de spécialités locales à base de crabes, poissons et le fameux poivre de Kampot. Plats copieux, pas chers avec une vue sur la mer puisque vous êtes sur pilotis.

Kep autrement – Manu et Marie proposent des tours à la journée en moto dans les environs de Kep hors des sentiers battus. Nous n’avons malheureusement pas pu faire cette balade avec eux à cause de la pluie mais nous les recommandons vivement.

Notre album photo :

TDM Cambodge Kep

2 Comments

  1. Salut à vous,

    Je vois que vous continuez à bien profitez, et je vous conseille vivement: continuer à vivre ça à fond. Pour nous, retour et reprise cette semaine, dur dur. Mais je ne vous dit rien et continue de voyager un p’tit moment avec vous!!! bisous

  2. Hello à tous les 2 !

    Je regarde régulièrement votre site et je me régale de vos photos (je ne suis pas sûre que je mangerais toujours ce que vous avalez, la faute aux épices notamment !).

    Cette fois, c’est la formule « les pieds dans l’eau des rizières » qui a attiré mon attention : c’était exactement l’idée que je me faisais du Cambodge. En plus, les Cambodgiens ont l’air particulièrement gentils et souriants. Cela ne m’étonne pas que ce soit le pays que vous ayez choisi pour votre mission. Par contre j’imagine que quand il pleut cela ne fait pas semblant!!

    A + pour d’autres aventures
    Chantal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.